Mon expérience de la méditation et quelques conseils pour commencer!

Bonjour à tous! J’espère que vous allez bien. Après un petit temps d’absence sur le blog,  je reviens pour vous proposer un article sur un sujet qui me tient à coeur :  la méditation!

En effet, cela fait un an que je pratique régulièrement la méditation et je souhaitais vous en parler pour vous donner mon ressenti. Ce sera aussi l’occasion de vous partager quelques conseils pour démarrer si vous réfléchissez à vous y mettre mais que vous ne savez pas trop comment ou si vous avez déjà essayé et que vous n’arrivez pas à persister bien que vous le souhaitiez fortement!

La première chose que l’on peut dire c’est que la méditation est clairement un sujet en vogue. Quand on s’intéresse au bien être, il est difficile de passer à côté du sujet et une multiplicité de ressources existent autour du sujet : vidéos youtube, livres, podcasts, applications de méditations proposant des méditations guidées., etc.

Pour autant, la méditation reste relativement méconnue pour bon nombre d’entre-nous. Lorsque j’en parle autour de moi, les mêmes remarques semblent revenir, du type :  « Ah moi la méditation je ne peux pas du tout, je suis une pile électrique, je ne peux pas juste me poser et rien faire » ou « Arrêter de penser c’est tout simplement impossible pour moi » ou encore « J’ai essayé mais je suis vraiment nul(le), j’ai l’impression de perdre mon temps ».  Et je pensais exactement la même chose avant de me renseigner plus amplement sur le sujet. Pour tout dire, la méditation m’a évoqué pendant assez longtemps une image assez farfelue de moines bouddhistes en posture du lotus lévitant devant un temple… On peut dire que cela s’éloigne quelque peu de notre réalité quotidienne.  Il est vrai que l’idée que l’on se fait de la méditation n’est pas vraiment en accord avec ce que l’on a pu nous enseigner à l’école ou de ce qui est valorisé dans le monde du travail. On nous parle toute la journée de : produire, performer, être efficace. C’est la culture du résultat qui est valorisée alors si la méditation consiste à ne « rien faire », à « arrêter de penser » clairement on s’oppose assez radicalement à ce modèle.

Mais allons au-delà des idées reçues et des préjugés car on a tout faux. Lorsque l’on médite, on arrête pas de penser pour ne rien faire. On concentre plutôt notre attention sur autre chose que nos pensées, et par la même on muscle notre cerveau. On verra cela plus en détails. Lorsque l’on médite, on ne fait pas rien, mais plutôt on se focus sur l’ici et maintenant, sur ce qu’il se passe dans notre corps, nos sensations, on identifie les pensées qui nous viennent et on les laisse repartir, etc. Ce ne sont que des exemples mais tout cela pour dire que pratiquer la méditation ne revient certainement pas à ne rien faire et surtout elle a de nombreux bienfaits à court, moyen et long terme.

Alors si cela vous intéresse, voyons voir d’un peu plus près ce qu’il en est!

I. Qu’est-ce que la méditation et quels en sont les bénéfices ?

Comme mentionné dans l’introduction, la méditation m’était assez étrangère au départ! Mais à force d’en entendre parler, j’étais vraiment curieuse d’en apprendre plus et d’essayer par moi même cette mystérieuse pratique. Surtout , je pensais que la méditation était principalement une technique de relaxation, c’est aussi une des principales raisons qui m’a poussée à me lancer.

J’ai rapidement compris que méditer ne signifie  pas « ne penser à rien » ou encore « faire le vide ». Il ne s’agit pas non plus d’une simple technique de relaxation. Méditer c’est apprendre à observer, accueillir et laisser passer ses pensées sans s’y attarder plus que ça. C’est apprendre à focaliser pleinement son attention sur le moment présent, être dans un état de conscience supérieur à notre « pilote automatique » quotidien. Par exemple, la méditation va nous apprendre à identifier et réguler nos émotions, et à se soustraire à nos pensées anxiogènes sur le passé (j’aurais dû faire ceci ou dire cela) et du futur (et si ceci se passe, et si je ne validais pas ma période d’essai etc). La respiration est une des composantes principales de la pratique. Lorsque l’on pose sa respiration et qu’on l’observe, cela permet d’apaiser son mental et de mieux se connecter au moment présent, c’est-à-dire à ce qu’il se passe ici et maintenant.

Quelques paroles d’experts maintenant. Selon Fabrice Midal, philosophe français et fondateur de l’École occidentale de méditation, « Méditer, c’est affronter ses pensées et ses angoisses plutôt que les occulter (…). Ça nous permet de rentrer en rapport avec ce qui nous entoure avec bienveillance ».  Dans « La méditation c’est malin », Marie-Laurence Cattoire nous dit que : « La méditation aide à développer une forme d’intelligence différente : plus corporelle, plus directe, moins intellectuelle. ».

Comme je vous le disais, j’ai décidé de me mettre à la méditation tout d’abord dans l’idée d’apaiser mon stress. De me sentir calme, détendue. Et ce sont effectivement des bienfaits que l’on peut tirer d’une pratique régulière de la méditation.

Mais en faisant quelques recherches, je me suis vite aperçue que les effets de la méditation peuvent toucher bien plus d’aspects de la vie! Méditer permet entre autres : d’améliorer la qualité du sommeil, la qualité de l’attention ou encore la gestion des émotions, d’atténuer les douleurs chroniques, de diminuer les cycles dépressifs, de renforcer la sensation de bien être, de réguler la tension artérielle, de diminuer la libération de cortisol (stress), de renforcer la réponse immunitaire (assez intéressant en période de pandémie de Covid19), et bien d’autres …

Ce que j’ai trouvé fou, c’est qu’une pratique régulière de la méditation modifie de façon significative l’activité cérébrale comme le précise le neuroscientifique français Antoine Lutz. Selon ses recherches, la pratique soutenue de la méditation permet une réorganisation de l’activité des circuits cérébraux qui sous-tendent la régulation de l’attention et des émotions. Autrement dit, la structure et le fonctionnement du cerveau se transforment avec l’entraînement à la méditation. Pour preuve, une  étude américaine, parue dans la revue Translational Psychiatry a démontré que d‘associer des séances de méditation et de sport deux fois par semaine pendant deux mois réduisait les symptômes associés à la dépression de 40 %.

Donc finalement, méditer c’est un peu la séance de sport de notre cerveau! On va muscler notre cerveau à se concentrer plus facilement et plus longtemps, à mieux identifier nos pensées et émotions et ainsi à mieux gérer celles-ci, à mieux dormir, à se sentir mieux en général. Incroyable! Mais alors quand est-ce qu’on commence ? Et comment ?

II. Ma pratique de la méditation et quelques conseils pour se lancer

Génial! Mais alors comment pratiquer cette fameuse méditation ? Je m’assoie et j’attends ?

Il existe de multiples façons d’expérimenter la méditation. Et je me suis rendue compte que sans le savoir je pratiquais parfois naturellement la méditation de pleine conscience. Par exemple, j’adore sentir le vent sur mon visage quand je me balade. Souvent, je me plonge dans cette sensation que je trouve extrêmement agréable et vivifiante et cela.. c’est méditer! Car en fait, méditer… c’est être présent à ce qu’il se passe ici et maintenant, tout simplement. C’est concentrer son attention sur une sensation présente, ou encore sur sa respiration ou sur un objet mouvant ou non autour de soi. C’est essayer de se « séparer de son mental » quelques instants en étant 100% là, dans l’instant présent.

Surtout, la méditation n’est pas quelque chose que l’on réussit ou non. Il n’y a pas d’idée de performance à rattacher à la méditation. C’est au contraire un moment pour soi, où l’on peut apprendre à mieux identifier ses sensations physiques, ses émotions ou encore ses pensées, prendre du recul dessus et observer sans pour autant agir. C’est l’exercice d’observer… de laisser passer et de se concentrer de nouveau sur l’élément que l’on a choisi (sa respiration, ses sensations, etc). Ainsi, lorsque les pensées reviennent (car vous verrez, elles reviennent toujours), il ne faut pas s’en vouloir mais simplement observer ces pensées et se concentrer de nouveau sur l’objet sur lequel on a choisi de poser notre attention (sa respiration, les sons autour de soi, ce que l’on ressent en termes de sensation, etc.).

Et en faisant un peu de méditation tous les jours (un peu ça peut aller de 2 minutes, oui oui!, à autant de temps que vous le souhaitez) et bien des changements se produisent réellement dans son quotidien!

Même si je la pratiquait parfois sans le savoir, j’ai tout de même décidé de passer par une application de méditation guidée pour m’y mettre « sérieusement ». J’en ai essayé plusieurs : Petit Bambou, 7Mind, et aujourd’hui Headspace. C’est une excellente façon de commencer car ces applications nous donnent un cadre. On est pas totalement livré à soi-même ce qui peut être rassurant. En effet, de cette manière, pas trop de questions à se poser car la méditation est « guidée » justement, il suffit d’écouter et de suivre les indications.Ce que j’ai aussi trouvé très sympathique sur ces applications est le fait qu’une multitude de thèmes soient proposés tels que la gratitude, l’ancrage, la concentration, la créativité, les relations, etc. Le fait que l’on puisse choisir la durée de la méditation est assez pratique aussi. Par exemple si on a 15 minutes de libres entre deux réunions, on peut choisir une méditation de 10 minutes sur le thème de la concentration et se sentir à bloc pour démarrer notre réunion suivante.

Ces applications sont souvent payantes mais proposent souvent une version « test » gratuite. J’encourage malgré tout à en envisager l’achat car elles proposent souvent beaucoup de contenu, parfois avec des intervenants différents ce qui permet une grande variété de thèmes. Surtout, elles nous permettent de ne pas nous retrouver totalement seuls face à nous même sans trop savoir quoi faire, surtout quand on débute.

Personnellement, j’ai beaucoup aimé ces applications aussi car elles permettent de s’ouvrir à de nouvelles perspectives, c’est comme une petite histoire que l’on découvre à chaque fois, ou une façon d’observer ses sensations / émotions / pensées auxquelles on aurait pas forcément pensé seul.

Grâce au confinement, et au télétravail, j’ai très facilement trouvé quelques minutes pour méditer par ci par là dans la journée mais je n’ai pas créé une routine fixe du type : tous les matins je médite 15 minutes de 8h45 à 9h. J’y vais plutôt au feeling.

Au-delà des applications, vous pouvez facilement trouver des moments de pleine conscience pour vous concentrer sur vos sensations : apprécier votre repas sans distractions externes et prendre le temps de vraiment apprécier les odeurs, les saveurs. Ou encore en prenant votre douche, apprécier à 100% l’odeur de votre gel douche au monoï qui vous fait penser aux vacances qui approchent et vous délecter de la chaleur de l’eau alors qu’il fait froid dehors, etc.

Aussi, j’ai remarqué que je ressentais souvent les mêmes effets en faisant du yoga qu’en méditant car je prends le temps de faire les posture, de bien respirer et je suis à 100% dans le moment, je ne pense pas à autre chose en même temps ou pas assez longtemps pour que cela ne me perturbe vraiment.

Donc finalement, de nombreuses options sont possibles! A vous de tester pour voir ce qui vous convient le mieux 🙂 !

III. Ai-je observé des changements depuis que je médite ?

Un grand OUI!

Je ne peux pas vous dire que ma vie a radicalement changé, que je suis partie vivre en Inde dans un temple ou encore que je lévite chaque matin au-dessus de mon lit… Dommage!

Pour autant, même en pratiquant 10-15 minutes tous les jours ou tous les deux jours selon les périodes, je peux affirmer que j’arrive à prendre plus de recul sur mes émotions et sur mes pensées. Je m’y identifie moins et j’arrive ainsi à les « laisser passer » plus vite qu’auparavant. J’ai pu, dans certaines situations et directement sur le moment, décider très rapidement de « ne pas me sentir mal » et « passer à autre chose ». J’ai pu limiter le temps passé à « ruminer » et me sentir mal et plutôt accepter la situation, accepter que je ne pouvais pas la changer et que je pouvais par contre changer ma façon de voir les choses et mon émotion associée. Je me suis rapidement sentie mieux et j’étais super fière de moi les fois où cela s’est produit!

En identifiant mes pensées j’arrive aussi à les reformuler pour qu’elles soient plus positives ou tout simplement à les stopper net si elles sont 100% négatives et ne m’apportent rien. Par exemple : « tu es nulle tu ne vas pas y arriver » est une pensée totalement inutile. Elle ne m’apporte rien à part du négatif. Je l’identifie, je la stoppe net ou la remplace par « tu vas faire de ton mieux et réussir ». C’est tout bête mais franchement ça a un effet radical sur l’émotion ressentie. Donc au global, je sens que la méditation m’aide à me sentir mieux et je sais que ce n’est que le début! Hâte de voir où tout cela peut mener!

J’espère que tu as trouvé cet article intéressant et que es maintenant convaincu qu’un corps sain dans un esprit sain passe par l’entraînement du corps et de l’esprit!

Fais moi signe si tu saute le pas de la méditation! Quoi qu’il arrive je te souhaite une très belle journée et te dis à bientôt! 😄

Be Happy, Make it Positive!

Charlotte.

Un avis sur « Mon expérience de la méditation et quelques conseils pour commencer! »

Répondre à Joséphine Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :